Le site de Sidi Randos est né !

 

laAq2Z.jpeg

Eh bien BRAVO !


9 ans après les premières escapades dans le sable de Mauritanie,

7 ans après avoir fait des circuits avec Sidi,

3 ans après avoir eut l’agrément de Tourisme pour l’Agence

Le site de Sidi Randos est enfin lancé !

www.sidirandos.com

9 circuits différents au sein de l’Adrar et jusqu’au Banc d’Arguin.

Les cartes et les descriptifs sous format pdf

(Acrobat reader nécessaire)

Une galerie photo pour chaque destination

Des conseils et des informations pour un voyage sans encombre

Bonne lecture et peut-être bon voyage…

n’hésitez pas à nous contacter :

contacts@sidirandos.com


Hubert et Sidi

Laisser un commentaire

Classé dans Web

Retour de l’Amatlich février 2009

Voilà nous sommes de retour… tous les 13

Et je laisse la parole à Claire qui nous a fait part de son journal pour ce premier voyage dans l’Adrar de Mauritanie.

C’est spontané, et c’est vrai !

 

Moi, c’est Claire. J’ai 13 ans et je suis partie en Mauritanie une semaine avec Sidi Randos, avec mes parents, ma sœur Marielle (18 ans) et mon frère Gautier(9 ans), et tout ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai jamais autant eu envie de retourner quelque part que là-bas…

365733348.jpg

1er jour :
Après un décollage à 6h00 du matin, où, dans l’avion, nous avons fini notre nuit et vu de magnifiques paysages, d’Afrique
1419880843.JPGnotamment, nous sommes enfin arrivés à l’aéroport d’Atar. Passer du 0°C français aux 20°C Mauritaniens est assez chouette, il faut le dire. Et nous n’étions qu’en hiver!


426313858.JPGAyant récupéré nos affaires, nous avons rencontré Sidi, acheté des cheichs et sommes partis en 4X4 chez ce dernier. Après avoir mangé et bu le traditionnel thé, nous nous sommes autorisé une petite sieste: on s’y habitue bien ! Ensuite, nous sommes partis en 4X4 vers les Gorges de Voch’t.
Nous nous sommes ensablés dans les dunes: une vraie partie de rigolade, pour les spectateurs du moins.


Enfin, nous sommes arrivés à notre campement, entouré de montagnes rocheuses et nous avons rencontré les chameliers. Nous avons finalement profité des talents de notre cuisiner: Dah.
Le ciel s’était illuminé de milliers d’étoiles, et une bonne nuit en perspective s’annonçait. La semaine commençait plus que super bien…

2ème jour :689521473.JPG
On aurait pu croire que le réveil à 6h30 serait un tant soit peu compliqué, mais figurez-vous que non. Après le petit déjeuner, nous avons démarré.

862243411.JPGNous avons marché toute la matinée et sommes montés sur les plateaux de l’Ibi Lakhdar. Arrivés en haut, le paysage de l’erg Amatlich nous en a mis plein la vue!
Les chameaux montant en empruntant un petit sentier nous ont vraiment étonnés.2054028712.JPG

 

Après le déjeuner, nous avons marché dans le sable plus que dans les rochers cette fois, puis nous sommes arrivés dans les dunes. Après avoir expérimenté les dégringolades dans le sable, ce qui était plutôt génial, avouons-le, nous avons assisté au coucher de soleil, avec d’un côté les gorges et de l’autre les dunes.
En un mot, c’était magnifique.

3ème jour :167393883.JPG
181598200.JPGAprès un lever de soleil aussi beau que son coucher, nous sommes partis dans les dunes de l’Amatlich. La matinée a été vraiment géniale. Partout où nous regardions, le sable, et
un arbre de temps en temps.

 

 

Le paysage était magnifique et les photos ont fusé!

 

Nous sommes arrivés et avons déjeuné dans le village d’El Medah, où la température frôlait les 35°C à l’ombre. Je vous laisse imaginer au soleil…

121734682.JPG


Nous avons ensuite continué à travers les palmiers sur une surface un peu plus plane en directions d’El Gleitat, avons traversé un village –totalement différent d’Atar- puis avons bivouaqué entre sable et arbustes.

760989230.JPG

 

 

4ème jour :
759973065.JPGNous avons continué dans le sable le matin, bien que les arbustes n’étaient toutefois pas rares. A la pause déjeuner, nous sommes, pour la plupart, aller voir des peintures rupestres entre les rochers, de nouveau présents.
1718819023.jpg

 

 

 

C’était assez impressionnant de voir comme ça le travail de nos ancêtres, en «liberté» totale. Nous avons ensuite profité d’un point d’eau pour nous rafraîchir: c’était chouette et ça nous a, évidemment, bien rafraîchi!
L’après-midi s’est passé tranquillement entre sable et roches, puis nous sommes arrivés à notre campement, entouré de rochers.


351959404.JPG
Des femmes nous ont chanté quelques cantiques sous les étoiles, puis nous sommes allés nous coucher, pour une nuit bien agréable, une nouvelle fois.

 

 

 

5ème jour :7269439.JPG

1051892058.JPG

Nous sommes repartis dans le même paysage, puis après le déjeuner, avons une nouvelle fois vu des peintures rupestres au village de N’dreynahiya. Nous avons continué en direction de la passe de Tifoujar mais avons bivouaqué un peu avant.

540839662.jpg

6ème jour :
Le matin s’est déroulé dans le sable, c’est le moins qu’on puisse dire.

597699335.JPG

 

1668246168.JPGLe vent était au rendez-vous et le paysage magnifique, encore une fois, même si l’on avait du sable plein la figure.

701334355.JPGAprès avoir effectué un petit bout de chemin à travers les dunes et les rochers, dans la descente de la passe de Tifoujar, nous avons déjeuné, repas délicieux, comme toujours, malgré la prime sableuse!

 

 

546149669.JPGNous avons continué dans la Vallée Blanche et les dunes de Nouacane, les fameuses 153848264.JPG«dunes chantantes», où nous nous sommes bien amusés!


Nous avons bivouaqué quelques pas plus loin, au milieu des dunes de la Vallée Blanche.

 

 

 

 

7ème jour :

1133076493.JPG


799963194.JPGLa matinée a été superbe, encore une fois, et peut-être encore plus qu’à l’ordinaire car c’était notre dernier jour.
Nous avons déjeuné, marché quelques kilomètres et puis les 4X4 sont arrivés.291868600.JPG

Après les «au revoir» aux chameliers, nous sommes partis en direction des gorges de Tenzent pour rejoindre la piste de la passe de N’tourvine et sommes descendus sur Tergit.
Après un déjeuner au milieu de la palmeraie et des pièces d’eau –où nous nous sommes baignés dans un petit bassin de 30 à 35°C environ- nous avons repris les 4X4 et sommes retournés à Atar.

1806032088.JPG

 


167509611.jpgEn fin d’après-midi, nous avons visité le souk et le marché, puis sommes retournés chez Sidi où, après le
1734054056.jpgrepas, une fête chez les voisins avait été organisée en notre faveur.

901840962.JPG

 

Notre dernière nuit s’est passée à l’intérieur, sous une tente traditionnelle ou à la belle étoile, selon les envies de chacun.

 

 

 

8ème jour :
Toute chose a une fin, comme on le dit toujours, et c’était justement ce matin là que l’on devait malheureusement partir.
Après les «au revoir» et les «merci beaucoup», le chemin jusqu’à l’aéroport, en 4X4 s’est passée trop vite à notre goût, et la vue de l’aéroport et de l’avion nous a fait un peu bizarre. Les yeux grands ouverts pour imprimer les dernières images de La Mauritanie, nous avons quitté Sidi puis avons embarqué.
Le voyage s’est passé à ressasser notre semaine, à revoir les images, les magnifiques paysages que l’on quittait. La France est devenue nettement moins jolie à notre retour, nous qui trouvions Paris magnifique de haut à l’aller.
La réalité s’est imposée à nous à une vitesse stupéfiante, nous qui étions encore là-bas, dans ces paysages de Mauritanie, à boire du thé, à admirer les chameaux ou encore à parler les uns ave
c les autres il y avait 24h.

1822846250.jpg

Nous avons débarqué dans une drôle d’ambiance, nous disant que c’était terminé. Mais il faut toujours voir les choses des deux côtés, dit-on, et ce jour là n’était peut-être pas la fin, c’était peut-être le début d’une période française avant un retour au milieu des roches, du sable, et des chameaux…

1126057126.jpg

Pour ma part, une chose est sûre, je reviendrai. Mais en attendant, la France est là, avec des choses totalement insignifiantes après notre superbe voyage, tel le collège et les devoirs. Alors, à bientôt, et du fond du cœur merci.


Merci Claire, et merci à tous d’avoir fait confiance à notre projet et au super encadrement de Sidi.

C’est sur nous reviendrons.

Hubert

 

 

4 commentaires

Classé dans Non classé

Sidi on arrive ! février 2009

C’est repartit !

Après quelques déconvenues de transport aérien, nous repartons avec 2 mois de retard avec Sidi.

C’est donc avec une grande joie que 5 enfants et 8 adultes (familles et amis) prendrons l’avion à Orly pour aller passer une semaine dans l’Adrar de Mauritanie.

Pour beaucoup d’entre nous ce sera une découverte, un rêve réalisé que de marcher dans le sable orangé des dunes du Malichigdane et de l’Ammatlich, sur le massif de l’Ibi Lakdhar et Ibi Lebiod, traverser la grande passe de Tifoujar, découvrir la vallée Blanche, se reposer en fin à l’ombre des palmiers de la source à Tergit. Mais aussi aller à la rencontre des nomades qui vivent dans les oasis et de l’acceuil chaleureux des Mauritaniens en général.

Il faut dire que ce sera mémorable de voir une caravane aussi importante circuler dans ce secteur (une dizaine de chameaux).

A très bientôt pour le carnet de voyage courant Mars.

Hubert

Ci dessous la carte de notre méharée…

1770329792.JPG

3 commentaires

Classé dans Randonnées

Rando en famille en Mauritanie

Bonjour à tous,

 

Valérie nous a concocté à sa façon un petit album de sa randonnée chamelière avec Sidi en Avril dernier.

Encore des souvenirs inoubliables avec des enfants dans le désert « magique » de l’Adrar.

Bienvenue à Valérie dans le club des « mordus » de la Mauritanie, et ce malgré la géopolitique qui boulverse en ce moment l’économie de ce pays.

 

 

Merci à vous, lecteurs, de votre fidélité, et longue vie aux amoureux du désert Mauritanien (le premier c’est T. Monod !)

A bientôt sur les traces de Sidi.


Hubert

Laisser un commentaire

Classé dans Randonnées

… Quatre chameaux

Voici la suite des aventures de Pascale et François au Pays de Sidi…

Bonne randonnée ! 

 

 Vendredi 15 février 2008

 

Cette semaine plus lente est placée sous le signe de Théodore Monod, notre compagnon de sieste. Nous partons avec Le Chercheur d’absolu en Méharées, nos livres de route.

« Les citadins occidentaux parcourant ce lieu religieux ne peuvent évidemment se libérer en deux semaines du poids d’un monde qui renie les joies de la contemplation, le sacrement du silence et veut, d’abord, le bruit, la vitesse, les quotidiennes excitations de l’artifice… » Nous aurons essayé…


1689335573.jpg

 

Cette semaine de marche nous fait adopter un nouveau rythme : les réveils seront plus matinaux car il faut profiter de la fraîcheur pour marcher, l’essentiel de l’étape est fait le matin, la pause de « midi » est longue et permet de laisser passer les heures les plus chaudes : le thé, le repas, la lecture ou le jeu, le thé… et par miracle comme tous les matins, les chameaux qui avaient disparu sont revenus, et tout ce qui était éparpillé se retrouve en quelques minutes sur leur dos. Grâce à Hubert qui a tracé l’itinéraire sur une carte, nous nous repérons entre vallées et plateaux. Un grand merci !

914954420.jpg

 

Aujourd’hui, Sidi mesure nos capacités de marcheurs, ce sera la journée la plus longue, et on passe le test avec succès, ouf ! La fin de l’étape est facilitée par les petits cabris et la beauté des gorges de Vocht.

 

967804450.jpg932192.jpg

 

 

 

 

 

 

Nous prenons un rythme qui ne se démentira pas : après un départ ensemble, Sidi se retrouve toujours devant nous, car nous sommes d’insupportables photographes qui s’arrêtent tous les 100 mètres, pour chaque point de vue, chaque dune, acacia, chaque chèvre ou chameau, chaque caillou, chaque grain de sable… non, quand même pas ! Notre caravane de face, de côté, de dos… zut elle nous a dépassés et il faut la rattraper ! Heureusement Sidi et Mohammed Salem sont très tolérants et nous attendent régulièrement. « La caravane qui se déplace au ras du sol sur un océan pétrifié tour à tour de sable et de cailloux, est un navire. Le guide, qui en avant, interroge l’horizon et ouvre la marche en est la proue. »

 

941958680.jpg

863709613.jpg

 

 

 

 

 

 

 Pascale veut reconnaître les quatre chameaux. Sidi : « t’as qu’à regarder l’immatriculation ! »

Aujourd’hui elle apprend le nom de Zroug, « multicolore ».

  

 

Le lendemain, la montée dans les gorges est absolument magnifique, et le reg en haut semble se refléter comme un miroir. Encore des dizaines de photos.

Aujourd’hui, c’est l’apprentissage du nom de notre deuxième chameau : El Heimer, « le rouge ». Mohamed Salem se moque poliment de ma prononciation !

 

238458556.jpg

2100674615.jpg

 

 

 

 

 

 

 La sieste est marquée par les visites des chèvres qui lorgnent les restes du repas et déambulent entre la cocote minute et la théière. François ronfle doucement, mais n’allez surtout pas le lui dire… il n’a même pas dormi ! Ce midi, le thermomètre atteint les 40°. C’est chaud pour un mois de février, même en Mauritanie.

 

1140733879.jpg

Pendant que la caravane prend de l’avance pour aller monter la tente, nous allons au puits du village avec Mohamed Salem et Zroug qui porte les bidons d’eau. Nous jouons au chamelier, mais s’il semble facile de les faire baraquer, se lever, ou avancer, on se rendra compte rapidement que c’est toujours beaucoup plus facile… quand ils sont d’accord ! et c’est parfois une autre histoire !

 

1417961009.jpg

 

278427702.jpg

 

 

 

 

 

 

Le soleil n’est pas de la partie pour notre 3e jour de marche, nous traversons les dunes de l’Amatlich avec du vent. C’est pour nous une vraie tempête de sable ! L’impression d’être perdus dans les dunes avec notre caravane, des jours de marche avant de retrouver la civilisation, notre âme d’aventuriers se réveille !

 

1462730753.jpg1418658636.jpg

 

 

 

 

 

 

et le village d’ El Meddah se révèle derrière la prochaine dune ! Il y a quand même suffisamment de vent pour qu’on mange à l’abri dans une maison de pierre, et le repas est suivi de parties de Uno qui permettent d’initier nos hôtes qui adorent ça.

 

1506013135.jpg

  

Dah va acheter des légumes dans l’oasis et nous en profitons pour découvrir l’organisation d’un jardin et de son irrigation, avec les commentaires de deux enfants fiers de nous montrer leur maîtrise de la langue française.

 

773054176.jpg

447804037.jpg

 

 

 

 

 

 

Le soir, à El Gleitat, le repas est suivi d’une conversation très sérieuse avec Sidi (non, pas le nôtre, un enfant venu avec sa tante pour nous vendre quelques objets). Il récite ses conjugaisons, exprime ses rêves d’aller à Nouakchott (pourquoi ? « parce qu’il y a la télévision » ; « ici, dans l’oasis, il n’y a que des nomades, des chèvres et des dattes ») et après une question franche : « pour qui tu as voté ? », il exprime sur la politique française une opinion bien arrêtée qu’avaient déjà formulée certains de nos interlocuteurs.

 

 

Le jour suivant est celui du troisième nom de chameau, Gh’zeil (diminutif de gazelle).

La marche nous amène au sommet de la passe de Tifoujar, au milieu de nulle part… où les femmes nous proposent bijoux et autres babioles. Une surprise nous attend avec le feu, c’est un méchoui cuit dans le sable. Miam !

 

1257964324.jpg482520954.jpg

 

 

 

 

 

 

La passe de Tifoujar se révèle à nous dans toute sa splendeur le lendemain matin. Mais François n’a pas qu’une âme de poète, c’est aussi un scientifique : « tu vois Sidi, le sable qui se dépose des deux côtés de la passe, c’est à cause du théorème de Bernoulli… etc ! ». Conclusion de Sidi : « c’est bon, j’ai tout compris, le prochain groupe, je vais leur pourrir la vie ! »… vous qui aurez un jour la chance de passer ici avec Sidi, vous êtes prévenus !

Sidi dévale la pente comme un grand oiseau blanc aux ailes déployées…

 

1207755698.jpg

978553759.jpg

 

 

 

 

 

 

Au pied de la passe, c’est le ravitaillement en eau, et nous admirons l’agilité de Mohamed Salem qui descend au fond du puits pour remplir les bidons. Zroug n’est pas content de voir ses compagnons planqués à l’abri du vent pour l’attendre, et Pascale se révèle piètre chamelière quand le dromadaire a un autre avis qu’elle !

 

1544468763.jpg

559403296.jpg

 

 

 

 

 

 

L’après-midi nous voit monter à la dune de Nouacane. Oh, ce n’est pas loin, on la voit de notre arrêt sieste. Mais ça grimpe ! et le soir, le bivouac sera le bienvenu. Auparavant Sidi aura ménagé le suspense avant l’arrivée au sommet. Le paysage est magnifique sur la Vallée Blanche, la lumière change avec le soleil qui baisse, les dunes font des vagues, et à part les « oh, c’est beau, qu’est-ce que c’est beau », notre seul moyen d’exprimer notre admiration, c’est de tirer encore plus de photos que d’habitude ! 

 

1119343990.jpg41456873.jpg 

 

 

 

 

 

Mohamed Salem nous fait écouter la musique de la dune.

« La fleur rouge du feu des chameliers épanouit au ras du sol sa corolle ardente et tout autour, tandis que la théière trop pleine crachote sur la braise… » Sidi et Dah chantent la Mauritanie, Pascale et François défendent piètrement les couleurs de la chanson française, incapables de dépasser le stade des paroles du premier couplet pour tous les airs commencés.

 

Le sixième jour, le vent est toujours de la partie. C’est le dernier jour avec nos quatre chameaux. Nous quittons les dernières dunes. Le paysage est toujours aussi beau dans un canyon et à l’approche de Tergit où nous serons demain. Chacun notre tour, nous testons le confort du chameau, pendant que l’autre lutte contre le vent !

 1643774419.jpg

908677724.jpg

 

  

 

 

 

 

Ce soir, Mohamed Salem part avec ses quatre compagnons, il va rejoindre un groupe à 130 kilomètres dans trois jours… Merci à toi pour ta prévenance, ta façon d’être avec tes bêtes, toujours calme et silencieux, te faisant obéir par des gestes minuscules.

 

336285382.jpg

742611371.jpg

 

 

 

 

 

 

Dernier jour, Tergit.

Oasis, source, maillots de bain et baignade. En un mot, le paradis !

Le soir de retour à Atar, nous sommes les invités d’une fête organisée par Sidi à Kanawal.

 

170731539.jpg

1267503884.jpg

 

 

 

 

 

 

Le retour à Nouakchott nous permet d’aller sur le port assister au retour des pêcheurs. Ce n’est pas la même Mauritanie que celle de l’Adrar. Ici, c’est l’Afrique Noire, un autre monde, que nous ne connaissons pas. La foule après le désert. Le bruit des vagues et des hommes après le silence. Les couleurs des bateaux et des boubous. Les enfants qui volent les poissons dans les paniers des hommes qui travaillent dur.

1750456023.jpg

253154589.jpg

 

 

 

 

 

 

Merci Sidi pour ce voyage, ton organisation sans la moindre faille et ta prévenance : « Tu as mis de la crème solaire ? »… « On s’arrête il faut boire. »

Si nous revenons un jour en Mauritanie, ce que nous espérons, ce sera avec toi.

1180811619.jpg


 

Nous restons émerveillés d’un pays si beau, aux habitants si accueillants, qui nous disent tous- et nous l’avons constaté – combien en Mauritanie leur islam est tolérant et pacifiste.

 

615423973.jpg

 

 

Merci Pascale et François 

Et si vous voulez à votre tour tenter l’aventure…

une seule adresse:  sidi.randos@free.fr

 

Un commentaire

Classé dans Randonnées

Un 4×4 et Quatre chameaux

Pascale et François  nous ont fait confiance et sont partis en février 2008 pour découvrir la Mauritanie. Voilà leurs aventures telles qu’ils les ont vécues avec notre ami Sidi.

Merci à eux :

 

Le désert mauritanien, on en rêve depuis 15 ans.

Un reportage à la télé de la série « Des trains pas comme les autres » nous a fait découvrir le train le plus long, le plus lent, le plus lourd du monde. Il nous fallait le prendre un jour.

2063234116.jpg

 

Mais le désert en groupe de 12, pour nous ce n’est déjà plus le désert. C’est ce qui nous a conduit à faire appel à Sidi, qui nous a concocté un programme rien que pour nous deux.

 

Ne pas marcher, c’est ne pas se plonger dans le désert.

Ne faire que marcher, c’est avoir la sensation de ne découvrir qu’une infime partie d’un vaste pays. Nous ferons donc une semaine en voiture, et une semaine de randonnée chamelière.

 

Et la Mauritanie à l’hôtel, ce n’est pas l’Afrique. Nous avons eu le privilège d’être reçu dans la famille de Sidi : un oncle à Nouakchott, un autre à Zouerate, sa maman à Atar, et toutes les autres nuits dans un « hôtel à un milliard d’étoiles » – comprenez là de fantastiques nuits à la belle étoile, où, tels les Conquérants de Hérédia, nous vîmes « monter en un ciel ignoré … des étoiles nouvelles ». Depuis, nous cherchons désespérément la Croix du Sud dans notre ciel  limousin. Nous aurons même la chance d’une éclipse totale de lune.

1029312148.jpg

 

 

Décembre 2007

Depuis 3 mois le voyage est réservé avec Sidi grâce au blog d’Hubert.

Le rallye Paris-Dakar ne part plus, nous, si ! La géopolitique n’aura pas raison de nous.

 

8 février 2008

le visage souriant de Sidi nous accueille à l’aéroport de Nouakchott, il ne nous quittera pas pendant 2 semaines.

De vraies vacances,  15 jours sans le moindre souci, Sidi n’aura de cesse que de prévenir nos désirs, d’être attentif à chaque remarque.

 

Première semaine : 4*4, Sidi, Dah le cuisinier, Mohamed Lemin le chauffeur, et nous deux.

3811108.jpg

Equipés des chèches que Sidi nous a déjà procurés, nous quittons Nouakchott et son « eau courante » (des petits ânes dans les rues qui transportent en trottinant les bidons d’eau)

1306854604.jpg

 pour être accueillis à Atar par la maman de Sidi. Le thé, le couscous, une initiation au zig.  On se sent en famille.

1887776124.jpg

Après le passage à Azougui,  nous rejoignons la dune qui accueillera notre camp, et pendant que nous faisons nos premiers pas dans le sable, très professionnel, Sidi manage sa petite équipe : qui monte la tente, qui va chercher le bois, qui prépare le dîner. Pendant ce temps le touriste « bulle » et prend les photos (par la suite, le touriste saura donner un coup de main !). La nuit tombe, première leçon d’astronomie.

925194156.jpg

Le lendemain, grand jour qui nous emmène à la rencontre de « notre » train.

Désert à perte de vue, rochers, dunes, camion en panne depuis quatre jours, rare végétation d’acacias. Premiers chameaux.

Pascale : « oh des chameaux ! »

Sidi gentiment moqueur : « comme c’est curieux… des chameaux dans le désert… »

Pique-nique du midi : on balaye le désert… (crottes de chameaux sous le seul arbre à la ronde, qui nous prêtera son ombre)

172326428.jpg

Le soir nous sommes accueillis chaleureusement par la famille à Zouerate, avec les trois thés déjà familiers pour nous : «le 1er  est amer comme la vie, le 2e  suave comme l’amour, le 3e doux comme la mort. »

 

3e jour,  petit déjeuner vache qui rit et confiture de dattes.

2011829811.jpg

Visite du passionnant petit musée géologique à Zouérate, puis de la mine de fer. Impressionnant. Nous assistons au chargement des dizaines de wagons de minerai.

1250574211.jpg

1933144489.jpg

 

 

 

 

 

 

Bientôt, nous montons dans l’unique voiture voyageurs qui le termine. Seuls touristes, nous y côtoyons des mauritaniens souriants et curieux de nous, intrigués de notre présence parmi eux,

Le contact s’établit tant par le biais de l’écran de l’appareil photo qui leur permet de se voir, que par le thé qui nous est offert.

1314478105.jpg

167322313.jpg

 

 

 

 

 

 

6 heures et 3 virages plus tard, Dah et Mohamed Lemin nous ont rejoint avec le 4*4 pour nous emmener sur une sublime dune où nous passerons la nuit.

882445177.jpg

 

 

4e jour

Passe d’Amogjar et peintures rupestres.

Destination Ouadane ; visite de la  « ville des deux oueds, celui des dattes et celui des savants »

2034641047.jpg


Le soir au coin du feu, Dah nous épate avec le premier pain cuit dans le sable. On comprend qu’il ait attendu quelques jours pour nous faire découvrir cette merveille, quand on y a goûté, on le réclame quotidiennement.

1143341351.jpg


On joue au coin du feu. Les crottes de chameau deviennent des rebelles et des cannibales qui doivent traverser un oued !

 

Le lendemain matin, un beau vieillard nous fait découvrir les merveilles qu’il a amassées dans sa maison devenue musée : multitude d’objets traditionnels, tablettes coraniques, selle de chameau, armes à feu… A ne pas louper. Moment fort quand l’homme pose fièrement pour les photos (que nous lui avons envoyées).

59145207.jpg


Cette journée magique se poursuit dans les magnifiques dunes entre Ouadane et Chinguetti. Mohamed Lemin est un virtuose du volant, on se croirait au Paris-Dakar.

1055281735.jpg

La pause méridienne à l’oasis de Tanouchert est l’occasion de dépenser quelques ouguiyas auprès des femmes du village venues proposer l’artisanat local.

1128872552.jpg

Fin de journée à Chinguetti. La bibliothèque d’Al Ahmed Mahmoud, protégée par une clé géante, nous dévoile ses manuscrits.

2116621272.jpg

 

6e jour,

Comme tous les jours, désert à perte de vue, quand on aime, on ne compte pas. Mais ne vous y trompez pas, le désert a mille facettes et sait changer sans cesse. Nous voici dans le lit d’un oued, puis au pied des monts de Zarga, les cailloux ont remplacé le sable. Sous les rochers se cache le « dob » (orthographié phonétiquement), gros lézard noir que chasse  Mohamed Lemin.

173210873.jpg

 

Le midi à l’oasis de Mheirt 

926078281.jpg

nous trouvons douche régénératrice et « bissap » rafraîchissant (à nouveau phonétiquement pour cette décoction d’hibiscus).

Le soir, photo souvenir car Mohamed Lemin nous quitte.

1888661401.jpg

Merci pour ta vraie gentillesse et tes réels talents de chauffeur. Nous ne resterons pas longtemps abandonnés dans le désert avec Dah et Sidi, car déjà quatre chameaux viennent remplacer les quatre roues. Quelle organisation ! bravo Sidi !

 

1307739689.jpg

 

La première semaine s’achève. Sept jours de marche nous attendent. Nous sommes heureux d’être là, tout simplement.

 

La suite du circuit dans quelques jours… à pied

 

 

Laisser un commentaire

Classé dans Randonnées

Notre voyage dans le Makteïr

 

f8a86b67595405f0ca46798990868e79.jpg

 

J1-Ouadane – Agouedir

ff14bae01d30ab59219f65e51f7bcdab.jpgDépart tôt le matin de Kanawal (Atar) en 4×4 en direction d’Ouadane.

Nous déjeunons tranquillement  aux alentours après avoir visité quelques gravures dans6719a66a1bc2449ff231d40e156358a8.jpg un site peu connu à 3 kms de la ville.

 

  

 

051c0952d4a9dce837a646bed1236701.jpgNous repartons en longeant le guelb pour arriver au fort d’Agouedir, une ruine d’un ancien comptoir Portugais.

 737f46b2ca74dd9727b23637cf3c9da5.jpg

Des femmes s’installent déjà pour nous vendre leur artisanat fait dans du grès. Puis nous repartons à l’assaut du Guelb el Richat par une des seules passes accessibles et nous bivouaquons dans les cirques du Guelb. 

 

 

 

 

 J2-Guelb El Richat

fb4a3f9b7117ada957e292ff18f2ff48.jpg Le soleil nous réveille après une nuit silencieuse sous les étoiles, nous continuons notre avancée par les passages pour arriver au centre du Guelb !

 

 

 0d5c586a6d674e8a913e98ea19fe63c4.jpg
Une petite escalade sur le promontoire central afin d’apprécier cet immense cirque de 50 kms de diamètre. Nous descendons prendre un thé sous la tente avec Aïcha. 

 

4861ac2a560ce86979f5db368cdfd7d7.jpgAu retour nous passons rendre hommage à l’arbre de Mme Monot, au pied duquel elle attendait des jours durant Théodore partit faire des découvertes dans les environs…

 
C’est par une autre passe très empierrée que nous sortons du Guelb pour se rendre au puits de Tinwevri.

 404299cc5956101816cfa7f6724d1279.jpg

Une courte halte sur place et nous repartons à près de 90 km/h sur la plaine sableuse longeant les dunes de Warane pour la passe de Sbil avec ses « orgues de pierres ».

 

f813f9818ac1c550d68d789997208b91.jpgArrivés à la passe, nous nous enfonçons dans les gorges pour s’arrêter  à la nuit tombante près d’une tente ou nous attend Louan le gardien des gravures rupestres.

 

 

 

 

J3- Gravures rupestres

686cd47a023ffd992a48bd5d9e5538bd.jpg

 e18acec932d40a0c7cd5d5933e204a04.jpg

Après un bon petit déjeuner aux biscuits (on avait oubliés de faire du pain !) nous partons avec Louan à la découverte des très nombreuses gravures datant pour certaines du néolithique et pour d’autres de la période pré-islamique (entre 0 et 1500 de notre ère).

2b8ea1552104b9f9af5245f028a24715.jpgDes centaines d’animaux y sont représentés, autruches, gazelles, girafes, mouflons… mais surtout des bovidés, des hommes, des chars …

 

 

 705fe625218f1d96057c71ed66917778.jpg

Le repas est pris sous la tente et nous repartons par Trig chouail en direction du Fort d’EL ghalllaouiya. Les soldat nous arrêtent pour un petit contrôle et on repart en se serrant les mains, heureux d’avoir eu de la visite après 3 mois d’isolement aux confins du Sahara…

 

0ddd0f0602debdd73f0d8abedf112caa.jpgTrès rapidement, nous arrivons au Fort de  Bir Ziri  situé sur à coté d’un petit promontoire. Du Fort il ne reste plus que les murs et les boisseaux des fenêtres. On parcourt les pièces vides pour se rendre compte du dénuement et de l’isolement du site. Nous y retrouvons Jouad l’un de nos chameliers qui est là pour nous amener à notre caravane nous attendant plus loin. Première nuit dans les dunes longeant le Maqteïr

 

0c246f09e55c775919996109a1549ef5.jpg

 

J4-Bir Ziri – Atchiguetten

4d16614fd661f28e3b48a174f8e38328.jpg

Nous nous levons en pleine forme, la nuit a été fraîche… et c’est sous un soleil radieux que nous entamons notre première journée de rando. Nous marchons d’un bon pas dans la Sebkha entre les roches de l’Adrar et les superbes dunes du Maqteïr.ac596592b3aee5c95e99e24ccc5d1a30.jpg

Une journée sans fatigue où heureux de retrouver notre Sidi, l’Adrar, la Mauritanie quoi ! nous avons avalé 25 kms d’un coup.

 

0249e54d3510c1d89438afb282f7adec.jpg Nous installons notre bivouac sur une dune au pied des falaises de l’Adrar. Une belle nuit étoilée autour d’un feu pour discuter encore de l’année passée des uns et des autres.

 

 

 

J5- Atchiguetten – El Beyed

049c6587638fef868ec6f275bfcbecd2.jpgEtant près de Atchiguetten, nous faisons un petit détour par le plateau afin de profiter du paysage en altitude.

 dbf92d2cc5a0d8034e2bd213fb42bc59.jpg

Quelques tombeaux empierrés datant de la période pré-islamique dominent la vallée et les dunes du Maqteïr qui s’étendent à l’horizon.

 

5ef818c92fa8c21a3ef0cbf1f2407342.jpg

 c13b735a7e1eafcc7c166220c9bfff1c.jpg

Nous descendons pour aller déjeuner et reprendre notre marche en direction d’El Beyed. ! Nos chameliers M’hamed et Jouad nous trouvent un merveilleux endroit pour installer notre tente, entourés de superbes dunes orangées, nous avons l’impression de dormir dans du velours…

 

b9a31550a25e836bd63744c8e537e056.jpg

 

J6- El Beyed

be6fd644ab1b2af13bb9b4bd503f3f18.jpg

 abd19fb1c52cbadf5e42f5e4e43c1111.jpg

Sidi décide de prendre  plutôt le passage vers la guelta d’el beyed au lieu de la passe d’Itelefaten, cela nous permettra  d’arriver directement sur les sites rupestres d’El beyed.

 

e538c448df5201e3db1806ffd332b5fd.jpgNous profitons de cette superbe guelta pour faire quelques photos et prendre de l’eau pour notre cuisine. Quelques animaux préhistoriques nagent dans l’eau, des triops  http://fr.wikipedia.org/wiki/Triops .

 

 

 cd32bdba3b7b3c1e9fd7f6c6675ee469.jpg

Nous déjeunons dans un oued proche de la grande plaine d’El Beyed, et c’est à un angle d’un promontoire rocheux que l’on se « gave » à nouveau de gravures rupestres.

 

 

ff65ab9be245ca979d6643821eb7c131.jpgAprès une traversée brève de la plaine ou en chemin nous trouvons des bifaces, nous arrivons au musée de Islim. Islim est le chef du village et il a connu Théodore Monod.

 ea79e05ab48d083f494010b84ac2fcb3.jpg

Il a retenu ses conseils et monté seul un petit musée sur le passé néolithique et plus récent du cirque d’El Beyed afin de préserver les nombreux bifaces, galets aménagés, pointes de flèches, polissoirs, meules…

 

1c744dc2616dc4d83861ed21e646929e.jpg

Il nous invite ensuite à passer la nuit dans le village et M’hamed originaire d’ici, nous prépare un tajine. Nous passons la soirée a palabrer sur le site et un berger nous apporte une jeune gazelle du désert qu’il a trouvé abandonnée.

4785e1c23d8be909524d8c2f03d9dbfc.jpg

 

J7J8- El beyed – Tarf Tazamount

dd0118c5441fa4e3a988605ec1321717.jpg

 

Après un bon petit déjeuner nous repartons accompagné d’un troupeau de chèvres vers le site de galets aménagés et de bifaces.

387f320020069c22e7937cb209a369dd.jpgNous gravissons nos premières grandes dunes et partons en direction Tarf Tazazmount, le promontoire rocheux qui pointe au loin derrière les superbes ondulations de sable du Maqteïr.

 1dedc61ccf11edd51c07fde9419505d7.jpg

Les journées sont un régal et nous recherchons sans cesse le sommet de la plus grande dune pour tenter d’apercevoir le désert qui s’écoule à l’infini vers le nord est.

 

 8b5bd7c8d2545e503cd10511dd6954aa.jpg

 

db3b707fc177eae8fb0ea5e18109c351.jpg

 

 

3acb9b7b66ae3af163158cc8dae87d68.jpgNous bivouaquons à l’ombre de Tazazmount dans les dunes voisines du petit village de Bou gerba. Premières parties de UNO à la lampe de poche. Faut dire qu’il fait froid et que désormais nous dormirons sous la tente !30be182523996c51e37a54e260d94cd7.jpg

 

 

 

 

 

J9- Tarf Tazazmount

0d571daf37a76629977257f378f2d9fe.jpg

 

7b91d4072e2bea726b6f473ec47a6f3b.jpgIl a fait vraiment froid cette nuit, et c’est avec plaisir que nous reprenons la marche pour nous réchauffer. Après avoir été dire bonjour aux nomades et visité leur petit musée, nous nous enfonçons directement au milieu des dunes en direction de notre but ultime : le promontoire roche d’Aderg.

 

 

 42c429d7ed3f92d801455a771c2fc10a.jpg

C’est avec beaucoup de plaisir que nous sinuons entre les dunes, que nous dévalons les pentes , que nous montons les arêtes… Nous campons dans un large creux entre les dunes blanches.

e0dbefd1894df8a7d53e53b1f0853dbe.jpg

Avant notre arrivée nous avons dérangé un Fenec et son petit qui sont partis à toute vitesse de leur terrier. Ce soir c’est Isabelle qui à gagné la partie de UNO ! On a tellement rigolé que l’on a faillit mettre le feu à la tente, d’ailleurs le duvet d’Isabelle a quelque peu fondu !

 

 

406945c574cee26a3c55dfc582403f16.jpg

J10- Tazazmount – Ederg

b38016751dc7f63d8f40afd9f5285062.jpg

 

Encore le bon pain des Chameliers préparé la veille en le cuisant dans le sable bouillant, la Vache qui rit et la confiture de dattes ! et nous redémarrons le sourire aux lèvres ! Ederg nous voilà !

c6ae2f67a0af043f8b99722a430e6d82.jpgAprès quelques heures aux travers des dunes sinueuses nous nous arrétons pour le déjeuner au pied des rochers, nous retrouvons un peu d’énergie. Sidi et Jouad nous accompagent pour de lancer à l’assaut du mont.

 

 

 c856c56dbc243db00fd14c96776b589c.jpg

C’est tout essoufflés de la grimpette sur les dunes et les roches que nous découvrons à 380 degrés ce désert à perte de vue et les derniers contreforts de l’Adrar.

 69cba58dc720ce4f9010642ec8d99828.jpg

 

Après une descente rapide (vu la pente !!!) nous regagnons notre lieu de campement près de la piste où nous attend Mokhtar et son 4×4. Une dernière nuit dans le Makteïr avec un superbe couché de soleil comme au revoir…db35f5f96e8369bd3d3cdd5b40a219d3.jpg

 

 

8b817d280bf9b2a86b5d30c00e4d5423.jpg

 

J11- Retour par Chemchane et Tawaz

da79c3b49796d978a6ac6cc95ee6cfb5.jpg

 

Au matin nous plions bagage et entassons tout le matériel dans le 4×4. Avec un grand pincement au cœur nous quittons M’hamed et Jouad qui s’en vont rejoindre leurs familles à El Beyed et Bir Ziri, Nous avons été très heureux de les connaître.

8252d62cda38e7841a48a3e4ab34c13b.jpgEt en route pour la Sebkha Chemchane en passant par le Tombeau de Cheik Med Fadel. Nous nous arrêtons à  Jraif dans une famille pour boire un thé et prenons un passager de plus pour nous conduire par les plateaux à une curiosité géologique  au nord du village de Tawaz. 

 

 

 2f66eee9e486200d8a5ea8aeacfbb83c.jpg

C’est au milieu d’un plateau empierré que se trouve une sorte d’immense efrondement de roche comme si le sous sol avait disparu.

 

 

 

Retour par Tawaz (gros producteur de carottes de l’Adrar) et l’on rejoint à la nuit tombée notre cher quartier de Kanawal où nous attend la famille de Sidi. Nous repartons dans 2 jours, le temps de se remettre de toute ces émotions et de cette superbe expérience de randonnée. Sidi nous a préparé une fête afin qu’avec la famille et les amis de Kanawal nous repartions le sourire aux lèvres.

3c11ff375f5a17741b204278436eaa8c.jpg

Merci Sidi pour ces jours inoubliables passés avec toi.

Hubert et Isabelle 

Avis aux amateurs pour découvrir un pays accueillant, des gens souriants, un rythme de vie à votre dimension.

Contactez nous sidi.randos@free.fr

ou allez voir les circuits que Sidi peut vous proposer  http://sidi-randos.blogspot.com/

Un commentaire

Classé dans Randonnées

-> Voir l’Archéologie

La présence permanente des traces de la présence de l’Homme il y a des millers d’années. A l’époque où paissaient les bovidés, ou les girafes et les autruches courraient, dans la savane. Où l’on chassait avec des lances et des flèches avec des pointes en pierres taillées…

Laisser un commentaire

Classé dans Albums

Le Makteir novembre 2007

Attention, nous voilà presque partis !
 
A deux avec Sidi, sans oublier le cuisinier, les chauffeurs de 4×4, les chameliers et les chameaux !
 
Après deux jours de ré-acclimatation à Atar dans la famille de Sidi, voici notre futur circuit : 
 
Cliquez ici pour charger l’image satellite
du circuit 4×4 >>>  Circuit 4×4.jpg

J1-:Depart en 4×4, dejeuner aux alentour de Ouadane (fort d’agouedir) et l’apres midi a guelb el richat, nuit dans les environs.

 J2-: lever tôt, passage par le puits de Tinwevri, visite des « orgues de pierres », puis les gorges et peintures rupestres de Trig chouail. Déjeuner Fort d’EL ghalllaouiya Visite petit musée et peinture rupestre , nuit à Bir Ziri (Fort)

Cliquez ici pour charger l’image satellite
de la Méharée >>> Circuit randonnée 7 jours.jpg
 
J3-:Depart de la caravane le matin de Bir Ziri
 
J4-:Bivouac 1 entre roches et dunes
 
J5-: déjeunerà El Beyed, guelta et peintures rupestres, Bivouac 2 plus loin
 
J6-: Direction Tarf Tazazmount, bivouac 3 avant  Tazazmount
 
J7-: Déjeuner à Tazazmount, Bivouac 4 à Bou guerba
 
J8-:Ederg, tour de l’ederg nuit 5 près du mont en plein dans les dunes du Makteir
 
J9-: Fin du tour de l’Ederg, Bivouac sur la route vers Jraif
 
J10- Retour a Atar en passant par le Tombeau de Cheih Med Fadel et Jraif et passe d’Amogjar. Dejeuner a Tawaz. visite de grotte?
 
… quelques 130 km environs à pied et surtout la plongée dans ce superbe pays qu’est la Mauritanie avec son accueil chaleureux et ses sourires.
 
A bientôt pour notre témoignage de randos et toutes ses photos, en décembre Inch Allah !
 
Hubert et Isabelle 

Un commentaire

Classé dans Randonnées

Musique Mauritanienne classique

Comme promis, la suite de notre découverte musicale avec Ouleya Mint Amartichitt.

Ici l’on découvre l’ensemble instrumental avec la percussion, le Tidini (petite guitare) jouée par un homme, l’ardin joué par Ouleya, et les coeurs féminins.

A bientôt pour la suite.

Hubert

Laisser un commentaire

Classé dans Musique